Samuel DIDOMENICO

Après avoir passé les 20 premières années de ma vie à Paris, j’ai rejoint la Haute-Garonne depuis 18 ans, j’ai choisi de vivre à Muret en 2006. J’y suis maintenant installé avec mon épouse et mon petit garçon de 8 ans.

A titre professionnel, je suis courtier en crédit professionnel indépendant, tout en étant mandataire d’une entreprise nationale. Mon métier est fait de contact, de sens de la négociation et du commerce, il demande bien sur une bonne connaissance du monde bancaire et des entreprises.

Comment vous parler de moi sans vous parlez de rugby, je le pratique sous toutes ses formes depuis mon adolescence. Je suis toujours joueur en « corpo » au sein de l’association Freemens, installée à Muret depuis 2017. Après avoir entraîné des jeunes à Saint-Lys pendant cinq ans, je suis maintenant éducateur à l’Ecole de Rugby du Rugby Club Muretain pour la quatrième saison consécutive. La cohésion de groupe, le respect de l’adversaire, la valeur de l’effort collectif, la satisfaction d’avoir donné le maximum pour faire avancer son équipe, c’est ce que le rugby m’a appris. Ce sont des valeurs primordiales, ce sont celles que je veux transmettre aux petits muretains dont j’ai la charge.

Depuis très jeune, la politique m’intéresse beaucoup. Mis à part un bref passage qui n’a rien donné à l’UMP en 2005, je ne me suis jamais reconnu dans aucun parti avant 2017. Pour moi trois notions sont essentielles : le libéralisme économique, le progressisme social et sociétal et l’ouverture au monde. Pour reprendre les codes de l' »ancien monde », la première notion est classée à droite, la seconde à gauche, la troisième est plutôt portée par les partis modérés. Ces trois valeurs sont celles portées par Emmanuel Macron et par le mouvement En Marche depuis 2016, je m’y suis donc très rapidement reconnu et j’ai intégré le mouvement dès la formation du comité de Muret, fin 2016.

J’ai donc participé à la campagne présidentielle de 2017, je suis devenu co-animateur du comité avant les législatives et ai donc travaillé sur la campagne d’Elisabeth Toutut-Picard. A la suite de ces campagnes, la responsabilité du comité de Muret m’a été confiée, puis j’ai intégré le comité de pilotage départemental dans lequel je suis chargé de la communication.

Je souhaite maintenant participer activement à la construction d’un projet pour notre ville de Muret, pour que les méthodes qui marchent soit appliquées localement. Pour que les Muretains puissent contribuer à l’évolution de leur ville, pour que les politiques soient envisagées sans dogmatisme, en prenant les bonnes idées d’où qu’elles viennent et en évaluant sincèrement leur efficacité une fois qu’elles sont appliquées. Pour qu’une gouvernance plus moderne, plus souple, plus participative soit mise en place.